Nikita Bellucci Bio

    Née le 06/12/1989 (27 ans)
    Sexual Orientation : Straight
    City : Pau
    State : France
    Classement : 0
    Vues : 3884
    Voir ses vidéos

    Biographie

    Nikita Bellucci est née le 6 novembre 1989, mais où ? Deux versions s’affrontent : la première, soutenue par le studio Dorcel, veut qu’elle ait vu le jour en région parisienne ; la seconde, celle du journal La République des Pyrénées, affirme qu’elle est originaire de Pau. Elle aurait passé son enfance à Mourenx, une petite commune du Sud de la France, avant de s’installer en région parisienne avec sa mère suite au divorce de ses parents. Sa scolarité l’a menée au lycée technologique et professionnel Sainte-Thérèse du 16ème arrondissement de Paris, où elle a obtenu un CAP de serveuse en restauration. Diplôme en poche, elle a décroché un premier emploi à Dreux, dans l’Eure-et- Loire, au tout début des années 2010. C’est à ce moment-là qu’elle est allée frapper à la porte du porno.

    Des débuts pour le fun

    “Je suis un peu comme un homme, j’aime beaucoup me masturber devant des films de cul, confiait Nikita Bellucci dans Paris Dernière en 2013. J’adore ça. J’avais fantasmé sur Ian Scott, je l’ai contacté via Facebook et je lui ai dit écoute, Ian, j’adore te voir tourner et j’aimerais que tu réalises mon fantasme, c’est-à- dire de baiser avec toi. Il m’a répondu oui et nous avons baisé toute la nuit.” Sa carrière d’actrice était lancée. Après cette rencontre, la jeune femme de 20 ans a commencé à tourner pour de bon, tant par curiosité que par amusement. A cette époque, le X était encore un jeu, un “simple délire” mené en parallèle de son métier de serveuse : “Je fais ce “travail” parce que j’aime baiser, j’aime parler de sexe et j’aime rencontrer des gens, expliquera-t- elle au magazine Roads quelques années plus tard. Après, si le fait que je jouisse et que je m’éclate sur les scènes que je tourne fasse de moi quelqu’un qui a réussi, et bien je dis : Amen !”

    Ce goût du X n’a pas tardé à la faire glisser vers une carrière d’actrice à plein temps. Cette transition lui a d’abord fait très peur. En 2011, après quelques mois d’activité, elle s’est imposé un petit temps mort. Un acte de résistance futile ; l’appel de la caméra l’a fait craquer au bout de trois mois. Pour ce grand retour, elle s’est jetée dans l’industrie de toutes ses forces. Prague, la deuxième capitale européenne du porno avec Budapest, l’a accueillie pour la première fois en 2012. C’est ainsi qu’elle a été remarquée par Franck Vardon, le co-créateur et directeur de la rédaction du magazine Hot Vidéo de l’époque. En janvier 2013, celui-ci a déposé le pseudonyme de l’actrice auprès de l’Institut National de la Propriété Industrielle. “Nikita Bellucci” était devenu une marque. Un contrat d’exclusivité a été signé entre la performeuse et le studio de production Hot Vidéo au même moment.

    Vers la scène internationale

    En bon vétéran du business, Franck Vardon savait comment pousser sa nouvelle recrue vers les plus hautes sphères du X. Après la signature du contrat, il a proposé à Nikita de partir avec les équipes de Hot Vidéo à l’AVN Adult Entertainment Expo de Las Vegas, le salon international de référence pour professionnels du porno. Déjà fatiguée de la scène française, pas assez dynamique et riche en propositions pour elle, la jeune femme a accepté sans hésiter. Une décision judicieuse : les producteurs de la San Fernando Valley, l’épicentre californien du porno occidental, n’ont pas manqué de la remarquer pendant l’événement. Les propositions des plus grands studios se sont vite enchaînées. L’une d’entre elles lui a permis de rencontrer Mark Spiegler, un très célèbre agent d’actrices X californien.

    Mark Spiegler est un professionnel consciencieux. Il refuse que ses actrices se droguent, boivent et fassent la fête la veille des tournages pendant toute la durée de leur contrat avec lui. En dépit de son fort caractère, Nikita Bellucci a accepté de se plier à ces directives. Cela lui a permis de tourner avec quelques studios extrêmement réputés malgré son faible niveau d’anglais : Evil Angel, Kink, Dogfart, Jules Jordan, Brazzers… Bien que très bénéfique d’un point de vue professionnel, ce séjour a été psychologiquement difficile pour la jeune actrice, laissée seule aux Etats-Unis par Hot Vidéo. Pas du genre à se laisser démonter, Nikita s’est mis en tête de repartir dès son retour en France, au début de l’année 2013. La notoriété de l’actrice était faite, sa réputation aussi.

    Au contact du mainstream

    Nikita Bellucci est connue pour être grande gueule. La performeuse n’a pas hésité à déclarer dans la presse que le porno français était “merdique” et qu’il n’avait d’avenir que dans l’amateur. Paradoxalement, seuls les réalisateurs les plus établis comme Max Antoine, Fred Coppula, Marc Dorcel et John B. Root trouvent grâce à ses yeux. Au mois de mars 2013, elle a également déclenché une petite panique en affirmant sur Twitter, où elle est très active, qu’un acteur contaminé par la syphilis aurait continué à tourner en falsifiant ses tests. Quelques années plus tard, ce côté brut finira par attirer l’attention des médias mainstream.

    En 2014, les AVN Awards, l’équivalent des Oscars pour le porno, ont nommé Nikita Bellucci dans la catégorie “Performeuse étrangère de l’année”. Malheureusement, le prix lui a échappé. Sa carrière n’en a pas souffert du tout : après cette année assez tranquille, l’actrice a tourné près de 20 films en 2015. cette année-là, entre ses nombreux tournages, elle s’est fait connaître du grand public français en apparaissant aux côtés d’Ian Scott dans le clip pornographique de Selfie, un morceau du rappeur Vald. Une petite prise de bec avec le community manager de Transavia sur Twitter lui a également permis de faire le tour des médias français.

    Un petit scandale

    Tout a commencé le 12 octobre 2015 avec un tweet de Nikita, alors bloquée dans l’aéroport de Budapest en attente de son vol pour la France : “Possible d'avoir des informations sur le vol TO3743 ? Supprimé 4 fois depuis ce matin. @transaviaFR et aucune info à Budapest”. Le compte Twitter de la compagnie aérienne a répondu en ces termes : “@NikitaBellucciX => vol est prévu pour 14h30. C'est juste qu'avec vous on préfère quand ça dure. ;) Bonne journée, je reste disponible. :)”. La performeuse n’a pas beaucoup apprécié qu’on fasse ainsi référence à son métier. “Bande de sous m… Plus jamais j’irai dans votre compagnie de bras cassés” : Après avoir copieusement insulté Transavia, elle s’est fendue d’un long message de protestation contre le traitement réservé aux professionnelles du X.

    Ce coup de gueule a introduit Nikita Bellucci dans les colonnes de grands journaux français : RTL, Le Parisien, 20 Minutes… Les Inrockuptibles lui ont même accordé une interview dans laquelle elle déclare : “Quand tu es actrice porno, on te retire ta capacité de jugement, on te retire le droit de t’exprimer librement. L’autre jour sur Twitter, j’ai énuméré toutes les affaires entourant Charles Pasqua en réponse au tweet de Nadine Morano qui se disait fière d’être comparée à lui. J’ai eu immédiatement le droit à un florilège d’insultes me renvoyant à mon statut d’actrice X. Mais je préfère encore leurs insultes que de renoncer à m’exprimer.” Sa solution pour faire changer ça : faire en sorte que le métier d’actrice et acteur X soit enfin considéré comme tel.

    Finalement, la réorientation

    Au mois d’août 2016, après cinq années d’exercice bien remplies, Nikita Bellucci a annoncé qu’elle prenait sa retraite pendant une interview pour Hot Vidéo : “Et voilà mes amours, toutes les bonnes choses ont une fin. Je me rhabille.” En fait, pas vraiment. Les internautes l’ont retrouvée quelques temps plus tard sur le site de webcamming et de pornographie amateur MyDirtyHobby. Malgré cette réorientation, le jury des AVN Awards 2017 a finalement décidé de lui décerner un prix, celui de la meilleure scène étrangère de l’année 2016. Une petite consécration pour celle qui assure s’être lancée dans l’industrie par pur goût du sexe : “Le porno a été pour moi un moyen de réaliser mes fantasmes, avant même de penser à l’argent ! a-t- elle déclaré au blog 69Désirs en 2014. Eh oui, il existe des filles qui font ce boulot sans penser au fric ! “

    Dates marquantes

    - Novembre 1989 : Naissance
    - 2010 : Premier emploi
    - 2011 : Rencontre avec Ian Scott, début de carrière
    - 2012 : Séjour à Prague
    - Janvier 2013 : Signature d’un contrat d’exclusivité avec Hot Vidéo, départ pour les AVN
    - 2014 : Première nomination aux AVN Awards
    - Juillet 2015 : Apparition dans le clip Selfie du rappeur Vald
    - Octobre 2015 : Accrochage avec Transavia, incartade mainstream
    - Août 2016 : Départ à la retraite
    - Janvier 2017 : AVN Award de la meilleure scène étrangère

    Ses vidéos